Nos années vintage

Le fabricant de flippers Genco

Genco Triple action de 1948

Aux États-Unis, chaque ville a sa spécialité. L’automobile, c’est Denver, la finance c’est New-York et les flippers, c’est forcément Chicago. La concentration de fabricants de pin games et de pinball dans la capitale de l’Illinois est tout simplement extraordinaire. Et même si quelques fabricants tentèrent de tirer leur épingle du jeu sur la côté Ouest et notamment en Californie, c’est bien à Chicaco que tout est né, que la plus grande partie de la légende s’est forgée et qu’elle continue de perdurer. Exemple avec le fabricant de flippers Genco.

Un flipper Genco South Pacific de 1951
Genco South Pacific de 1951


Genco, du classique façon Chicago

Devinez quoi ? C’est à Chicago, bien sûr, que la société Genco voit le jour en 1931. Trois frères sont à l’origine de cette création, Louis, Meyer et David Gensburg. Un trio qui a la particularité de compter un quatrième élément dans la fratrie qui n’est autre que Sam Gensburg, l’un des associés fondateur de Chicago Coin. La concurrence est vive entre les entreprises de Chicago qui multiplient les modèles flipperless et es pingames. Avec parfois une dose d’innovation, comme par exemple le Silver Cup, en 1933, de Genco ayant la particularité d’utiliser des pièces métalliques moulées de fonderie. Genco est également connu pour ses roll down games utilisant des boules en bois.

C’est au milieu des années 1930 que les fabricants de pin games, parmi lesquels Genco, commencent à utiliser de plus en plus des dispositifs électriques, et non plus uniquement mécaniques. Mais cet usage est alors encore limité d’autant que l’alimentation de la machine se fait au départ au moyen de batteries. Genco va aussi se mettre aux flippers, en les intégrant progressivement dans ses tables. En 1948, le Triple Action de Genco sera d’ailleurs le premier modèle avec deux flippers placés au bas de la zone de jeu.

Genco one two three 1948

Les premières difficultés du fabricant de flippers

Mais la vie des industriels du jeu n’était pas forcément un long fleuve tranquille à Chicago : après avoir lancé plusieurs dizaines de modèles dont certains vendus à plusieurs milliers d’exemplaires, Genco va cependant progressivement se retrouver en difficulté, au point de devoir fusionner avec son concurrent Chicago Coin en 1959. D’autres fabricants américains tels que Gottlieb commencent à prendre une part de plus importante sur le marché.

Quitter la version mobile